Apprivoiser les acouphènes avec la Sophrologie

En tant qu’infirmière, j’ai été formée en ORL et aux différents traitements des acouphènes.

En France, une personne sur quatre souffre d’acouphènes.

Lorsque votre médecin ou votre ORL constate qu’il n’y a pas de cause physiologique à vos acouphènes, la sophrologie prend le relais.

Qu'est-ce qu'un acouphène ?

L’acouphène est un bruit « parasite » perçu en-dehors de toute stimulation sonore externe. Ce bruit est entre 3 et 5 décibels au-dessus du seuil auditif. Ce n’est même pas le bruit d’un chuchotement. Il est décrit comme un bourdonnement, un sifflement ou un tintement. Il peut être entendu d’un seul côté ou des deux, par intermittence ou en continu.

Les conséquences de l'acouphène

Cette intrusion permanente handicape le quotidien et affecte la qualité de vie :

– troubles du sommeil ;

– difficultés de concentration ;

– anxiété pouvant aboutir à un état dépressif : le futur est alors anticipé de façon négative.

L'acouphène et nos émotions

L’acouphène est très envahissant, c’est une souffrance énorme que l’on subit, et on a l’impression qu’il prend de plus en plus de place, car la plupart du temps, l’acouphène est permanent.

 

-Au départ, l’acouphène est un symptôme physique : c’est un bruit.

-Ensuite, des émotions vont rentrer en jeu : la colère par rapport au « conflit de territoire » (=on ne pense plus qu’à ça !) et la peur que ce soit le signe d’une maladie plus grave.

-Puis vient le sentiment d’impuissance de ne pas être arrivé à gérer l’acouphène, on se sent dépassé.

-A ce sentiment s’ajoute une notion de solitude et d’incompréhension parce que l’acouphène ne se voit pas et que les autres ne l’entendent pas.

L'objectif fixé par la Sophrologie

Que la personne qui en souffre nous dise :

- « Lorsque je me détends, je n’y pense plus. »

- « Si je m’arrête dans le silence et que je cherche l’acouphène, je le trouve, mais je l’ai oublié la plupart du temps, il ne me gêne plus. » L’évaluation que la personne fait de son acouphène, son pourcentage de gêne, va donc nettement diminuer.

- « Mon acouphène, je l’ai toujours, mais quand il augmente, je sais qu’il y a quelque chose dans ma vie qui ne va pas. » L’acouphène n’est donc plus perçu comme un ennemi contre lequel il faudrait lutter, mais comme un indicateur.

La Sophrologie va principalement agir sur 3 axes

1– La respiration

Une respiration consciente, tranquille va aider à calmer les pensées négatives en lien avec le symptôme.

Mais il y a plus ! Agir sur la respiration va permettre de rééquilibrer le système nerveux autonome !

Pour schématiser, le système nerveux autonome est composé de deux branches distinctes que nous pouvons contrôler grâce à certains exercices respiratoires : à l’inspiration, c’est la branche occasionnant des « tensions » qui intervient ; à l’expiration, c’est la branche du « relâchement » qui prend le relais.

Ainsi, il conviendra de pratiquer des exercices d’équilibrage inspire-expire mais aussi d’allongement de l’expire pour aider la branche du « relâchement » du système nerveux autonome à reprendre le dessus.

 

2 – La relaxation physique

Envahis par les bruits parasites de l'acouphène, nous avons tendance à perdre la maîtrise sur nous-même et donc la compétence de détendre notre corps. La sophrologie va nous redonner cette forme de contrôle. Cet état de relaxation va également nous permettre de réduire peu à peu la fatigue souvent accumulée. Il est admis que 20 minutes de relaxation valent environ 2 heures de sommeil !

 

3 – La projection positive

Elle va aider à briser la boucle infernale dans laquelle on est enfermé.

En cas d’acouphènes, un certain nombre de situations deviennent presque insupportables : les ambiances un peu trop bruyantes, les réunions familiales ou amicales….

On va avoir tendance à s’isoler peu à peu, mettant en place des stratégies d’évitement pensant ainsi souffrir le moins possible.

L’objectif va donc être de se réhabituer progressivement aux bruits ambiants.

Ainsi, grâce à la sophrologie, on apprendra peu à peu à redevenir acteur de sa vie, à mieux gérer ses émotions pour parvenir à mettre ces bruits parasites à distance et à reprendre une vie normale.

En bref ...

L'acouphène est un message envoyé par les neurones que le cerveau identifie comme un son.

La sophrologie instaure un circuit de filtrage pour empêcher son arrivée jusqu'à la conscience en accédant à un état de relaxation qui agit directement sur le système nerveux.

En intervenant sur votre anxiété, vous arrivez peu à peu à faire baisser l'intensité de l'acouphène. Vous apprenez à vous détourner de la perception des bruits parasites, à les mettre de côté tout simplement. Vous les entendez, mais vous vous habituez à leur présence, comme tous les autres bruits qui vous entourent. L’acouphène est ainsi intégré parmi les autres sons.

Peu à peu, le stress et l'anxiété cèdent la place à un mieux-être et vous pouvez reprendre une vie normale.

Vous souhaitez apprendre à apprivoiser vos acouphènes ? Contactez-moi !

Contact

Pour tout renseignement, vous pouvez me contacter par téléphone, par mail ou en utilisant le formulaire ci-dessous

Tél. : 06 88 58 85 95

 

Adresse:
8 rue André Rohane

31830 Plaisance du Touch


Courriel :
audrey@capdelivrance.com

Nom *
E-mail *
Message *